Aller au contenu

BRIGITTE VERDIÈRE

"Baïkal. Dans la vie, il y a les activités de tous les jours: étudier, travailler, faire le ménage, la cuisine, quelques sorties entre amis, en famille. La routine, quoi. Et puis il y a ces moments de grand respire, des moments de pause où tout ce que l'on fait a un petit goût différent, un goût plus - un peu plus, vous voyez ce que je veux dire ? Le séjour au Baïkal a ressemblé à cela, avec toutes ces choses nouvelles que nous découvrions. Le lac lui-même, avec son eau fraîche à souhait, la ville d'Irkutsk, les tramways bringuebalants, l'université moderne, les rues sous le soleil et puis sous la pluie, les maisons de bois, le long trajet en Uaz, les cahots de la route, la poussière, Olga, Irina, Olessia, et tous les autres.  

Il y a la vodka Baïkal partagée, la découverte des coutumes bouriates, 

les cours de russe sous la yourte, le karaoké, le village poussiéreux, les vaches s'y baladant en liberté,

la kacha du matin, le thé noir ultra fort, la fumée des incendies, le Baïkal encore et toujours, le banya, etc. Bref, si vous voulez vivre tout cela, en plus de grands moments d'amitié et de rencontres entre Russes et Français -

et même avec une belgo-québécoise, allez-y, allez-y, allez-y !"

         

Brigitte Verdière, Montréal (Canada)